La peine de mort et le mystère de la miséricorde

Mon arrière-grand-père, Jesse, est à droite. Ses frères aînés Milton et Leonard sont à gauche.

Par Mike Lewis. Publié sur le blog américain Where Peter Is. L’article original peut être consulté ici. Traduit et publié ici avec leur aimable autorisation.

En ce qui concerne la peine de mort, je dois mon existence à la commutation de dernière minute d’une condamnation à mort et à la grâce finale de mon arrière-grand-père, qui avait tué un enfant en 1904.

À la fin des années 1800 et au début des années 1900, mon arrière-arrière-grand-père, Joseph « Crazy Joe » Rawlins, était engagé dans une querelle en Géorgie du Sud avec un homme nommé William L Carter. Rawlins était un fermier et un ancien prédicateur baptiste avec cinq enfants, tandis que Carter (également fermier et ancien ministre) avait une douzaine d’enfants. Le Valdosta Daily Times raconte qu’ils se sont querellés sur les droits de pêche, le bétail et eux mêmes jusqu’à ce que la relation querelleuse dégénère en une violente fureur à Hahira ».

En 1904, Crazy Joe décida de mettre un terme à la querelle une bonne fois pour toutes, et il commanda à ses trois fils adolescents et à un mercenaire noir nommé Alf Moore de tuer Carter et de mettre le feu à sa maison avec tout le monde dedans. Joe est allé en ville pour se créer un alibi, tandis que ses fils et son ouvrier ont été envoyés pour commettre la terrible action.

Ça ne s’est pas passé comme prévu, et ils n’ont pas tué M. Carter. Cependant, deux de ses enfants sont sortis sous le porche et ont été abattus et mortellement blessés : un fils et une fille. Alors qu’il gisait mourant, le fils, Willie Carter, a identifié mon arrière-grand-père, Jesse, et son frère aîné comme étant les deux tireurs.

Après plus d’un an de procès et d’appels, Crazy Joe, Alf Moore et deux de ses fils (les tireurs) ont été condamnés à mort. Le témoignage de Moore a joué un rôle crucial dans le lien entre Crazy Joe et le crime, et on croit que c’est la première fois dans l’histoire de la Géorgie du Sud qu’un homme blanc a été condamné pour meurtre sur la base du témoignage d’un Afro-Américain.

Joseph Rawlins et Alf Moore ont été pendus un mardi matin en 1906. Jesse et son frère Milton devaient mourir ce vendredi-là. Jeudi soir, cependant, les deux adolescents ont vu leur peine commuée en prison à vie, grâce aux efforts inlassables d’un avocat qui croyait fermement qu’ils étaient poussés à tuer par leur père qui les contrôlait et les dominait.

Quelques années plus tard, alors qu’ils étaient au début de la vingtaine, Jesse et son autre frère ont été graciés par le gouverneur de Géorgie, Hoke Smith, en raison de leur âge au moment de la fusillade, ainsi que de leur bon comportement et de leur réhabilitation.

Jesse s’est marié et a eu neuf enfants (dont sept ont survécu jusqu’à l’âge adulte). Ses enfants se sont mariés et ont eu des enfants, des petits-enfants et des arrière-petits-enfants à eux. Ses descendants sont des médecins, des avocats, des enseignants, des professeurs, des directeurs d’école, des ingénieurs, des charpentiers et un prêtre catholique.

Pas un seul n’aurait vu le jour si sa condamnation à mort ou à perpétuité avait été exécutée. Quand le pape François parle contre les peines d’emprisonnement à perpétuité obligatoires et les prisons de réclusion criminelle à perpétuité, je pense à cela.

Je pense aussi à Alf Moore, qui a été victime d’une peine plus sévère en raison de la couleur de sa peau. Je pense aussi à d’autres très jeunes gens qui ont commis des crimes graves, comme Lee Boyd Malvo, le jeune apprenti sous le contrôle du tireur d’élite de DC, qui a été condamné à six peines de prison à vie pour son rôle dans les attaques mais qui cherche à obtenir un nouveau jugement. Je pense à Alessandro Serenelli, qui a assassiné Sainte Maria Goretti en 1902, a passé 27 ans en prison (où il s’est converti et a été réhabilité), a assisté à la canonisation de Sainte Maria en 1950 et a vécu jusqu’en 1970.

C’est une tragédie que les enfants Carter assassinés n’aient jamais eu de famille et, bien sûr, il aurait été préférable que le crime ne soit jamais commis. Mais c’est arrivé. Pourtant, Dieu travaille à travers la tragédie et peut apporter un grand bien à partir des situations les plus sombres. Dans ce cas, il a apporté des générations entières de vie nouvelle.

Cet incident est un mystère de mon identité et de mon existence. Mais il y a d’innombrables autres mystères à travers l’histoire, la plupart cachés, qui ont touché la vie de chacun. Chacun de nous, à chaque instant de la journée, est appelé à contribuer au bien-être des autres, qu’il s’agisse d’effacer une dette ou de ramasser les déchets au bord de la route. Aucun acte de miséricorde ou de pardon n’est insignifiant ou jamais vraiment oublié. François et les Évangiles nous appellent à agir avec la conscience de notre contribution à notre temps et aux générations futures ; c’est l’écologie humaine dont il parle dans Laudato Si’.

Le pape François, en déclarant la peine de mort inadmissible, parle de ma famille. En parlant de peines d’emprisonnement à perpétuité, il parle de ma famille. Et il parle peut-être de la vôtre.

Note : Vous pouvez en savoir plus sur le meurtre de Rawlins/Carter, son procès et ses suites dans le livre de l’auteur Bill Boyd de 2000, Obéissance aveugle : Une véritable histoire de loyauté familiale et de meurtre en Géorgie du Sud. L’image en sous-titre est tirée de la couverture. Mon arrière-grand-père, Jesse, est à droite. Ses frères aînés Milton et Leonard sont à gauche.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :