Scientifiques catholiques – un Index

« Mon projet pour le Carême 2009 (traduction réalisée et publiée ici en 2022 NDLT) est cette série d’aperçus de la vie et du travail de scientifiques catholiques – tirés des œuvres de S. L. Jaki, du Père Kneller, du Dr Walsh, de la Catholic Encyclopedia et d’autres sources. »

André Ampère

« Ce physicien catholique, dont le nom (comme celui de Volta) apparaît dans le monde entier, fut désigné comme « le Newton de l’électricité » par James Clerk Maxwell, le grand physicien dont les quatre lois furent consacrées par Einstein »

Maria Gaetana Agnesi

« Selon le Dictionary of Scientific Biography, Maria Gaetana Agnesi (1718-1799) est « la première femme du monde occidental que l’on peut qualifier à juste titre de mathématicienne. » Elle était l’aînée de 21 enfants ; son père était professeur de mathématiques à l’université de Bologne et encourageait son intérêt pour les questions scientifiques. « 

Joachim Barrande

« Le 5 octobre 1883 mourait à Frohsdorf près de Vienne, loin de sa France natale d’où il s’était volontairement exilé, l’un des paléontologues les plus distingués du XIXe siècle, Joachim Barrande. Dans tout le monde savant, la mort de cet homme fut ressentie comme une lourde perte pour la science. »

Père Pierre André Latreille

« Le département de zoologie qui s’occupe des insectes compte parmi ses pionniers un prêtre catholique, Pierre André Latreille. Dans son enfance, il fut abandonné par ses parents et donc laissé à la charité d’étrangers ; en 1786, il choisit l’Église comme vocation avec l’intention de consacrer tous ses loisirs à la science. »

Antoine Laurent Lavoisier

« Mais qui est Lavoisier ? Pourquoi l’appelle-t-on le père de la chimie moderne ? Vous devez savoir – oui, même si vous préférez l’histoire à la chimie, et la religion à la physique, vous devez savoir au moins un peu de ces choses. Il serait aussi inutile de parler de Lavoisier sans mentionner le phlogiston que de parler de Saint Athanase sans mentionner l' »homoousion ». »

René Laënnec

« La partie importante de la découverte devait consister dans l’utilisation du cylindre de bois que Laënnec en vint à employer au lieu du rouleau de papier utilisé à l’origine. Ce cylindre de bois, qui nous est maintenant familier sous l’excellent nom que lui a donné Laënnec lui-même, est le stéthoscope simple moderne. Cet instrument est d’une grande utilité. « 

Père René-Just Haüy

« René Juste Haüy naquit le 28 février 1743 dans un petit village du département de l’Oise. Son père était un pauvre tisserand de lin, qui avait beaucoup de mal à gagner son pain ; et, malgré le talent de son fils aîné, il ne semblait pas y avoir d’autre perspective pour le garçon que de gagner son pain par le travail de ses mains. »

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer