Regarde l’étoile

Version pour enfants
Version plus élaborée

Bonjour à tous,

Poème ci-dessous écrit par une femme admirable, restée dans l’ombre de son mari en le soutenant tout au long de sa vie. Elle a amené son mari au Christ, pour ensuite le suivre dans l’Eglise catholique (elle était anglo-catholique). Ils n’ont pas eu d’enfant, ce qui leur fut une grande souffrance. Ils se sont beaucoup occupé des enfants des autres et ont été parrain et marraine de nombreuses fois. Elle avait une dévotion très profonde pour l’Enfant dans la crèche. Ce poème, elle l’a composé et écrit sur les cartes de voeux de Noël envoyées à leurs amis. Ce poème a connu un vif succès, qui a rapidement débordé leur cercle amical. Mis en musique, il est devenu un classique des chants de Noël de l’autre côté de la Manche (et de l’Atlantique). 
Je vous propose ci-dessous le poème en question suivi d’une médiocre traduction par mes soins + deux versions chantées (une pour enfants, une plus élaborée). 
Joyeux 1er dimanche de l’Avent !

How Far Is It To Bethlehem?

by Frances A. Chesterton

How far is it to Bethlehem?

Not very far.

Shall we find the stable room

Lit by a star?

Can we see the little Child?

Is He within?

If we lift the wooden latch

May we go in?

May we stroke the creatures there

Ox, ass, or sheep?

May we peep like them and see

Jesus asleep?

If we touch His tiny hand

Will He awake?

Will He know we’ve come so far

Just for His sake?

Great kings have precious gifts

And we have naught

Little smiles and little tears

Are all we have brought.

For all weary children

Mary must weep

Here, on His bed of straw

Sleep, children, sleep.

God in His mother’s arms

Babes in the byre

Sleep, as they sleep who find

Their heart’s desire.

Sommes-nous encore loin de Bethléem?

par Frances A. Chesterton

Sommes-nous encore loin de Bethléem?

Plus très loin.

Trouverons-nous l’étable

Eclairée par une étoile?

Pourrons-nous voir le petit Enfant?

Sera-t-Il à l’intérieur?

Si nous levons le loquet de bois

Pourrons-nous entrer?

Pourrons-nous caresser les créatures présentes

Bœuf, âne, ou agneau? 

Pourrons-nous regarder à la dérobée comme eux et contempler

Jésus endormi?

Si nous touchons Sa petite main

Se réveillera-t-Il?

Saura-t-Il que nous sommes venus jusqu’ici

Juste pour Lui?

Les grands rois viennent avec de précieuses offrandes

Et nous voici les mains vides

Petits sourires et petites larmes

Sont tout ce que nous avons apporté.

Sur tous les enfants fatigués

Marie doit verser des larmes

Ici, sur Son lit de paille

Dormez, petits enfants, dormez.

Dieu dans les bras de sa mère

Enfants dans l’étable

Dorment, comme dorment ceux qui ont trouvé

Ce qu’ils désirent du plus profond de leur coeur.

Un avis sur « Regarde l’étoile »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :